Vous êtes ici : Accueil / Mairie / Service public / Bénéficiaires du temps partiel dans le secteur privé

Service public

Qu'est-ce que le co-marquage avec service-public.fr ?

Le co-marquage est un service proposé par l'État aux administrations qui a pour objectif de faciliter la diffusion de l'information administrative vers le public et de rapprocher les données nationales et locales en faveur d'un meilleur renseignement de l'usager.

Bénéficiaires du temps partiel dans le secteur privé

Contenu

Durée de travail

La durée de travail du salarié à temps partiel est nécessairement inférieure à la durée de travail prévue pour le salarié à temps plein.

Elle doit être inférieure aux limites suivantes :

  • durée légale hebdomadaire (35 heures),
  • durée légale mensuelle (151,67 heures),
  • durée légale annuelle (1 607 heures).

Une convention collective ou un accord collectif peut prévoir une durée de travail inférieure pour le temps plein (32 heures par semaine, par exemple). Dans ce cas, pour travailler à temps partiel, la durée de travail du salarié doit être inférieure à cette limite.

Mise en œuvre
Mise en œuvre à l'initiative de l'employeur

Le temps partiel peut être instauré par l'employeur, dans les conditions prévues par l'accord ou la convention collective applicable dans l'entreprise. À défaut, des horaires de travail à temps partiel peuvent être établis après avis du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel.

L'employeur ne peut pas imposer un passage à temps partiel au salarié. Son refus d'accomplir un travail à temps partiel ne constitue ni une faute, ni un motif de licenciement. Toutefois, un licenciement pour motif économique reste possible si la réduction du temps de travail proposée est justifiée par des difficultés économiques.

Mise en œuvre à l'initiative du salarié

Le salarié souhaitant travailler à temps partiel effectue sa demande à l'employeur dans le respect des dispositions prévues par la convention collective ou l'accord applicable dans l'entreprise. L'employeur peut refuser la demande, à condition d'expliquer les raisons objectives qui le conduisent à ne pas y donner suite.

En l'absence de convention collective ou d'accord applicable, le salarié adresse sa demande à l'employeur par lettre recommandée avec avis de réception (LRAR). La demande doit préciser la durée du travail souhaitée ainsi que la date envisagée pour la mise en œuvre du nouvel horaire. Elle est adressée 6 mois au moins avant cette date. L'employeur doit répondre par LRAR dans les 3 mois suivant la date de réception de la lettre de demande. Le refus de l'employeur est possible s'il est justifié uniquement par l'une des raisons suivantes :

  • l'absence d'emploi disponible relevant de la catégorie professionnelle du salarié (ou l'absence d'emploi équivalent),
  • le changement d'emploi demandé aurait des conséquences préjudiciables à la bonne marche de l'entreprise.

Le salarié qui souhaite passer à temps partiel ou à temps plein bénéficie d'une priorité pour l'attribution d'un emploi de même catégorie professionnelle (ou équivalent). Un salarié à temps partiel peut se voir proposer un emploi à temps plein correspondant à une autre catégorie professionnelle, si la convention ou si un accord de branche étendu le prévoit.

À savoir : le salarié peut également bénéficier, sous conditions, d'un travail à temps partiel pour raisons familiales, pour création ou reprise d'entreprise ou pour congé parental à temps partiel.

Références