Vous êtes ici : Accueil / Quotidien / Projet de ville / 2020 / Quartier des 3 cités

Quotidien

Quartier des 3 cités

La première phase du renouveau du quartier : la construction d’une nouvelle résidence sociale et la démolition de l’ancien foyer Aftam

(journal municipal #49 du 09-01-2020)

Un dossier complexe qui remonte à plus de 15 ans, rappelle Stéphane Barré. Thierry Foucaud a multiplié les démarches pour financer la démolition de l’ancien foyer Aftam et la construction d’une résidence sociale à  taille humaine qui répond mieux aux besoins actuels. Pour cela, il a fallu réunir différents partenaires : l’Etat, la région, le département, la métropole… et obtenir les fonds nécessaires. La ville a financé à hauteur de 300 000€. En contrepartie celle-ci avait demandé la rétrocession de tout ou partie du terrain libéré pour y prévoir des aménagements afin d’améliorer le cadre de vie des riverains. «Le problème dans ce quartier, souligne alors Stéphane Barré, est que presque la quasi-totalité des espaces n’est pas dans le domaine public. Il est donc difficile d’y prévoir quoi que ce soit».
Concernant la démolition de l’ancien tripode qui a tardé, Stéphane Barré explique que le désamiantage était plus conséquent que prévu et a donc entraîné un surcoût. Il a ainsi fallu retrouver des partenaires financiers. RSF (résidence sociale de France), propriétaire, a pris en charge ce surcoût et demandait en parallèle de conserver une partie du terrain rétrocédé à la ville pour y construire des logements. La démolition de l’ancien tripode arrive aujourd’hui à terme. L’agrandissement du parking du foyer Coallia est en cours. La question maintenant est de savoir ce qui pourrait être envisagé sur la partie restante : du stationnement supplémentaire ? des aires de jeux ? un city stade ? des espaces verts ? des jardins ouvriers ? interroge Stéphane Barré. De son côté RSF envisage de réaliser sur une partie 10 à 15 maisons. Une étude est menée pour disposer au mieux ces logements compte tenu de la complexité de ce quartier avec les cités déjà existantes, la friche Orgachim, la zone d’activités du Buisson…
«La réflexion doit tenir compte de la liaison jusqu’à la place du 19 mars 1962 et la création d’espaces à vivre, des aires de jeux, des jardins…» explique l’architecte en charge du projet.

Le point sur les voiries
Cette rencontre avec les riverains était également l’occasion de faire le point sur les voiries. Stéphane Barré expliquait alors que la plupart des voiries étaient privées (en copropriété par les riverains). La ville ne pouvait donc entreprendre aucun travaux. En décembre 2014, la ville a lancé une procédure d’incorporation des voiries dans le domaine public. En 2015, lors du passage à la Métropole Rouen Normandie, la ville a négocié l’intégration de l’ensemble des voiries dans le domaine métropolitain. Toutes, concernant le quartier des 3 cités, n’ont été pas encore été intégrées. «Nous avons continué à négocier. Au fur et à mesure des rues ont été intégrées. Cela va permettre des aménagements pour certaines. Ainsi, en 2020/2021, la ville a obtenu de la métropole la réalisation des travaux de voirie quai du Buisson et quai de Rouen» précise Stéphane Barré.

Le devenir du site Orgachim

En ce qui concerne le site Orgachim, la société est déclarée en liquidation judiciaire en 2017. Le mandataire a demandé en janvier 2019 la clôture de cette liquidation qui devrait être suivie par une procédure de «bien sans maître». Des études de sol, portées par l’Etablissement public foncier de Normandie (EPFN) sont en cours de réalisation pour estimer le coût de dépollution, le temps de la réhabilitation et les usages possibles. Le souhait de la ville serait d’y faire de l’habitat et/ou de l’activité mixte tertiaire/artisanale, mais en aucun cas des activités nuisantes. à la demande de la ville, une étude juridique est menée par la métropole sur la responsabilité de la maison mère (groupe Orgasynth) dans le cadre de la liquidation d’Orgachim dont le but est d’obtenir le dédommagement partiel ou total de la dépollution du site. Enfin, depuis près de deux ans, la ville réclame la mise en sécurité du site. Suite aux rencontres avec différents partenaires (Préfecture, Ademe, métropole...), la ville a proposé de réaliser à ses frais un mur de clotûre. Les conditions d’exécution des travaux doivent encore être précisées puisqu’ils ne relèvent ni de sa compétence, ni de son patrimoine. La volonté de la ville, en accord avec la Métropole, serait aussi de décaler ce mur pour pouvoir élargir la voie d’accès, éloigner la voie des maisons par des trottoirs plus larges pour sécuriser les riverains, notamment de la cité des Gaures.

Le réaménagement du quartier
«Une étude pour réaménager le quartier des 3 cités a été votée au conseil municipal d’octobre 2019 et sera réalisée avec les habitants et les partenaires institutionnels», précise Stéphane Barré.
Très vite les riverains expriment les problèmes de stationnement, de circulation des poids lourds et de liaison vers la gare SNCF
En fin de réunion, le maire s’engageait à rendre compte de l’évolution des études menées.
Une exposition présentant les problématiques, les pistes de réflexion, l’évolution des démarches… était présentée lors de cette réunion.

Réunion du 20-12-19