Vous êtes ici : Accueil / La mairie / Actions d'élus / Incendie de l’usine Lubrizol

La mairie

Incendie de l’usine Lubrizol

Vos élus demandent des comptes sur la gestion de la crise, et également de la transparence sur ses conséquences :

 

  • Intervention de Stéphane Barré, maire et conseiller départemental, du 4 octobre 2019
Intervention S-Barre - Conseil Departemental - 4 octobre 2019.pdf (470,60 kB)

 

  • Voici la lettre du député Hubert Wulfranc du 27 septembre 2019

 

  • Communiqué de presse des élu.e.s communistes et du Front de gauche de la Métropole Rouen Normandie :

Incendie Lubrizol
Une exigence de sécurité et de transparence pour la population
L’incendie du stockage d’hydrocarbures que vient de connaître l’usine Lubrizol, outre son nuage de fumée spectaculaire, a généré une forte pollution de l’air ressentie par les habitants bien au-delà de notre agglomération. Cet incendie qui n’a heureusement fait aucune victime parmi les salariés du site et les riverains, a pu être circonscrit grâce au professionnalisme et aux moyens mis en œuvre par les sapeurs-pompiers du service public départemental d’incendie. Nous avons pu constater également l’efficience des services de la Métropole et communes les plus exposées qui ont été d’une aide précieuse dans cette gestion de crise.
L’enquête qui va s’ouvrir doit répondre aux inquiétudes des habitants et apporter tous les éléments sur les causes de cet accident et ses conséquences en terme sanitaire et écologique pour les populations et territoires impactés. Une transparence totale s’impose sous la responsabilité du préfet et des services de l’état ainsi que la direction de l’entreprise afin de fournir aux habitants, associations, syndicats de salariés et élu.e.s des communes toutes les informations et notamment les résultats des analyses toxicologiques effectuées pendant l’incendie et durant la période à venir.
Un retour d’expérience concernant la mise en œuvre du dispositif de prévention, notamment l’information du public et l’organisation du dispositif, doit être porté à la connaissance de tous afin d’en évaluer l’efficacité et de remédier sans délais aux dysfonctionnements éventuels constatés.
Sur le fond, cet accident nous rappelle que le risque technologique lié à notre industrie est présent aux portes de notre métropole et nous impose de renforcer les moyens afin de faire coexister production industrielle, sécurité des populations et préservation de l’environnement. Certaines usines et leurs installations potentiellement dangereuses, installées à l’écart des lieux de vie à leur création ont vu la population s’en rapprocher sous la pression foncière. L’incendie que nous venons de vivre réinterroge la cohabitation entre des sites de production notamment chimique nécessaires à notre industrie, leurs proximités des zones denses urbaines et les exigences incontournables d’une véritable sûreté pour l’environnement et la population.
L’axe Seine a connu une forte industrialisation depuis l’après-guerre et l’exemple de Rouen en est l’illustration. Les réticences des élu.e.s Front de Gauche de la Métropole face au projet urbain nommé quartier Flaubert tenaient notamment à souligner un dangereux rapproché de l’urbain en proximité des silos portuaires potentiellement dangereux. En cet instant de gravité, il nous faut réfléchir à une cohabitation sereine entre les différentes activités humaines générées tout au long de la Seine.
Cela impose de veiller à la stricte application des mesures de maîtrise de l’urbanisation au travers des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) et de renforcer les contrôles officiels et citoyens de la mise en œuvre réelle par les industriels des mesures techniques et réglementaires concernant la sécurité des sites. Cela passe également par un élargissement des pouvoirs des organisations syndicales de salariés au sein des commissions d’hygiène, sécurité et conditions de travail.
Enfin, nous demandons au président de la Métropole de prendre attache au plus vite avec le président de région et les professionnels afin d’examiner l’impact sur l’emploi et la sous-traitance que cet accident a pu générer et de prendre les mesures d’accompagnement nécessaires.