Vous êtes ici : Accueil / Découvrir Oissel / Un peu d'histoire / La gare

Découvrir Oissel

La gare

On l'appelait station

C'est le 2 mai 1843 qu'eurent lieu à Rouen l'inauguration et la bénédiction de la ligne de chemin de fer de Paris à Rouen. Le duc de Nemours et son frère le duc de Montpensier, accompagnés de plusieurs ministres, pairs de France et députés, assistèrent à ces cérémonies qui avaient attiré, au chef lieu du département une foule considérable. Le 9 mai, eut lieu l'ouverture de la ligne : le premier train partit de Saint-Sever à six heures du matin avec à son bord 200 voyageurs.

En partie, le territoire d'Oissel était traversé par cette ligne. A cette époque, la station la plus rapprochée de la commune était celle qui, pour la commodité des Elbeuviens, avait été établie à peu de distance du tunnel de Tourville. Séparée d'Oissel, par la Seine, cette station rendait peu de service. Indépendamment du fleuve, les voyageurs avaient à traverser d'immenses prairies presque toujours submergées en hiver. Un chemin de fer, dans ces conditions était, pour Oissel, plutôt une gêne qu'un avantage.

Rapidement, l'administration se préoccupa très sérieusement de la situation et, dans l'intérêt de la commune qu'elle représentait, elle sollicita et finit par obtenir de la Compagnie des Chemins de Fer de l'Ouest l'établissement d'une station sur son territoire. Le 11 novembre 1844 commença, près de l'actuel pont des Gaures, la construction de cet établissement. A peine la station fut-elle ouverte en 1846, qu'un service de correspondance s'établit entre Oissel et la ville d'Elbeuf. Mais faute de subventions, ce service ne dura que peu de temps. Puis vingt années s'écoulèrent. La station n'avait pas pris beaucoup d'importance à cause de la proximité de celle de Tourville. Heureusement, l'installation de la ligne de Serquigny, dont on posa les rails de raccordement sur celle de Paris (ouverture à l'exploitation de cette nouvelle ligne le 24 juillet 1865), lui donna un nouvel élan et la transforma en station de bifurcation.

Désormais seule sur la ligne de Paris (la station de Tourville fut transférée sur la ligne de Serquigny), la station osselienne vit son trafic augmenter. Ainsi, en 1865, pour mieux répondre à la demande, cette station est transformée en gare de bifurcation. A quelques encablures de la première construction, sur un espace plus grand, est érigée la gare d'Oissel, celle que l'on peut encore voir et fréquenter aujourd'hui.

Chronologie

14 avril 1841 (François Déhais maire d'Oissel 1839-1843)
"Le maire reçoit communication d'un arrêté du préfet autorisant l'ingénieur en chef du département et MM. les ingénieurs placés sous ses ordres, à pénétrer dans les propriétés privées dont l'accès leur serait nécessaire pour se livrer aux études de la construction de la ligne de chemin de fer de Rouen au Havre."

17 août 1842
"Le conseil municipal, consulté sur l'utilité d'une station sur la ligne du chemin de fer de Paris à Rouen, dans la traversée d'Oissel, émet un avis favorable et insiste sur les avantages qui en résulteraient pour la commune."

2 mai 1843
"Inauguration et bénédiction de la ligne Rouen-Paris en présence de nombreux dignitaires."

11 novembre 1844 (Pierre Turgis maire d'Oissel 1843-1848)
"Le maire est informé officiellement que des instructions sont données pour le commencement immédiat des travaux relatifs à l'établissement à Oissel d'une station de chemin de fer. Une commission nommée dans une précédente séance est invitée à s'occuper de l'étude d'un projet de voie pour y accéder."

17 février 1846
"Le conseil municipal nomme une commission chargée de s'entendre avec les propriétaires des terrains dont l'occupation est nécessaire pour l'ouverture d'une rue donnant accès à la station du chemin de fer. (Ce projet, n'ayant point été sérieusement étudié, n'a pas été exécuté.)"

5 novembre 1856 (Louis Ruel maire d'Oissel 1848-1860)
"Le maire reçoit l'avis que les ingénieurs de Compagnie des Chemins de Fer de l'Ouest sont autorisés à procéder aux levés de plan, nivellement, sondage et autres opérations nécessaires aux études de la ligne qui de la station de Serquigny doit se diriger sur Rouen."

1er avril 1865 (Antoine Potel maire d'Oissel 1860-1867)
"La station d'Oissel est transformée en gare de bifurcation par suite de la construction de l'embranchement de Serquigny. De très importants travaux s'exécutent."

7 novembre 1865
"Une proposition d'ouverture de rue pour donner accès à la gare est renvoyée à l'examen d'une commission."

18 mai 1867
"La commission, chargée d'étudier la question relative à la création d'une voie d'accès à la gare soumet ses propositions au conseil qui les accepte à la majorité de 17 voix contre 2."

25 octobre 1868 (Édouard Turgis maire d'Oissel 1867-1885)
"Le conseil municipal vote un emprunt de 33 000 F à la caisse des chemins vicinaux pour l'ouverture d'une rue conduisant directement à la gare. Cette rue est baptisée : rue de la Gare."

Sources : Registres des délibérations du conseil municipal - Textes tirés de "Oissel glanes, traditions, souvenirs, faits contemporains" par Edouard Turgis (1886).

Le trafic voyageur entre 1862 et 1866

Années

Expédition voyageurs

Arrivages voyageurs

1862

11413

11437

1863

10978

15719

1864

8739

8623

1865

22361

21409

1866

54462

53986

La gare : archives en images

Oissel d'antan